Personnes qui utilisent des substances psychoactives

Selon CATIE, les personnes utilisatrices de drogue(s) sont plus à risque de contracter le VIH et de le transmettre si elles ont déjà le virus. En effet, certains modes de consommation, tels que de s’injecter ou de priser (« sniffer ») peuvent créer une porte d’entrée dans le système sanguin. Ainsi, si deux personnes partagent leur matériel de consommation et que l’une d’elle a le VIH, elle pourrait le transmettre à l’autre.

Les personnes ayant une problématique de dépendance « chronique » liée à l’utilisation de substances sont plus susceptibles d’avoir un mode de vie précaire. Se faisant, il peut être plus difficile d’avoir accès au système de santé, elles peuvent donc être moins portées à se faire dépister pour les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS).

Pour en apprendre plus sur le VIH et l’utilisation de substances, c’est ici !